ERREURS MÉDICAMENTEUSES : EN PARLER POUR LES DIMINUER

Session co-organisée avec l’ANSM

Modérateur : François LACOIN, Albens, Responsable du Pôle Médicament du CMG

L’erreur médicamenteuse est possible tout au long de la chaine, de la prescription par le médecin à la prise par le patient. Les causes sont nombreuses et les conséquences importantes en particulier chez les enfants et les personnes âgées. Prendre conscience de cette réalité et en parler avec tous les intervenants de la chaine est la seule solution pour en diminuer le nombre. Alors, osons en parler et organisons nous pour le faire.

Le nom des intervenants vous sera communiqué lors d’une prochaine actualisation

INFIRMIÈRE DE SANTÉ PUBLIQUE (IDSP), DE PRATIQUE AVANCÉE (IPA), ASSISTANT MÉDICAL : UN EXERCICE COORDONNÉ ?

La mutation de l’exercice des médecins généralistes s’est installé progressivement il y a 15 ans avec le développement du travail en équipe dans les Maisons de santé pluriprofessionnelles et la mise en place d’un exercice coordonné en binôme médecin généraliste – infirmière au sein des cabinets de médecine générale dans le cadre du protocole Asalée. L’exercice coordonné s’impose aujourd’hui comme une évidence avec la nécessité de le généraliser (Plan Ma Santé 2022) pour répondre aux nouveaux besoins de santé de la population mais aussi au regard  de la démographie des médecins généralistes.
La création de nouveaux métiers que sont les ’assistants médicaux et les infirmiers de pratiques avancés (IPA), dans la continuité des infirmier(e)s délégué(e)s à la santé publique développé(e)s au sein de l’association Asalée, devraient accompagner et faciliter ce changement des pratiques. Quelles sont leur mission ? À quels besoins vont-ils répondre ? Comment vont-ils s’articuler les uns avec les autres au service des patients, de la qualité de leurs soins et de la qualité d’exercice des médecins généralistes traitants ?

Cette session sera le lieu d’échanges sur ces nouvelles pratiques intégrées dans les cabinets des médecins généralistes.

Le nom des intervenants vous sera communiqué lors d’une prochaine actualisation

DORMIR OU MOURIR : PRATIQUES SÉDATIVES

Session avec la participation de la HAS

Les patients souhaitent, dans la mesure du possible, finir leur vie à domicile. Les derniers jours de vie sont très importants pour celui qui s’en va et pour son entourage.

La loi sur la fin de vie est là pour aider les soignants dans la prise en charge globale de cette situation. Des référentiels sur la conduite à tenir y compris dans la gestion de la médication sont proposés par la HAS. Comment l’organiser dans nos pratiques ? Quels sont les freins à notre accompagnement, de quoi avons-nous besoin pour être plus proches des souhaits de nos patients ?

RISQUE CARDIOVASCULAIRE, ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT : OUTILS MÉDECIN, OUTILS PATIENT

Modérateurs : Francis PELLET, Les Vans – Éric DRAHI, Saint-Jean-de-Braye, CMG

Il existe de multiples facteurs de risque de maladie cardiovasculaire. Beaucoup reposent sur des comportements : sédentarité, alimentation, tabagisme, alcoolisme, ou sur des modes de vie comme le stress. Ils ont un poids important dans le risque, et leur correction a souvent un effet supérieur ou égal à celui de prescriptions médicamenteuses. Même si le traitement médicamenteux de l’HTA ou d’une dyslipidémie sont souvent indispensables, dans ces cas, les stratégies prescriptives sont alors inopérantes. L’éducation thérapeutique a toute sa place. En consultation avec le patient et dans les équipes de soins primaires, des outils facilitent cette éducation. Ils sont « centrés patient », ils permettent avec le patient une co-construction d’un plan personnalisé de santé. Cette session permettra de présenter quelques outils, et les concepts qui sous-tendent leur utilisation.

  • Danièle DESCLERC-DULAC, ancienne Présidente de France Assos Santé
  • Jean-Michel PICARD, infi rmier-consultant, coordinateur de la JUGS

LA RECHERCHE EN CANCÉROLOGIE, EN MÉDECINE GÉNÉRALE : ÉTAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES

Co-organisée avec l’INCa

Format : Table ronde

Modérateurs : Jérôme FOUCAUD, Responsable du Département recherche en sciences humaines et sociales, épidémiologie et santé publique, INCa – Bernard FRÈCHE, Royan, Responsable du Pôle Cancer du CMG 

Cette table ronde, organisée conjointement par l’Institut National du Cancer et le Collège de la Médecine Générale, a pour objectif de mieux faire connaître la recherche en cancérologie, en médecine générale.

Qui sont ces médecins généralistes chercheurs ? Sur quelles thématiques travaillent-ils ? Quelles sont les forces et les faiblesses de la recherche en médecine générale aujourd’hui ? Comment aider à structurer la discipline ?


Laetitia GAMBOTTI, Responsable du Département recherche clinique, INCa

Marie-Ève ROUGÉ-BUGAT, Toulouse, CMG

Un représentant de la Direction Générale de l’Offre de Soins (DGOS)

NOS PATIENTS SONT AUSSI DES « TRAVAILLEURS »

Co-organisée avec la CNAM

Modérateurs : Aline RAMOND-ROQUIN, Angers, CMG – un représentant de la CNAM

Cette session a pour ambition de  sensibiliser à la problématique de la santé au travail chez nos patients. Une première intervention permettra de mieux appréhender l’évolution du monde du travail. Une seconde intervention, associant un médecin généraliste et un médecin du travail, décrira les outils de maintien en emploi ainsi que les intérêts et difficultés de la communication entre médecins généralistes et médecins du travail. Une dernière présentation prendra l’exemple concret de la lombalgie.

  • Évolution du monde du travail
  • Maintien en emploi et communication entre médecins généralistes et médecins du travailCyril BÈGUE, Angers
    Audrey PETIT, membre de la Société française de médecine du travail, rhumatologue au Centre de ressources de pathologie professionnelle et de maintien en emploi du CHU d’Angers 
  • Lombalgies : recommandations de la CNAMUn représentant de la CNAM

ANTIBIOTIQUES ET MICROBIOTE : UN AUTRE REGARD POUR UNE DÉCISION PARTAGÉE

Modérateurs : Francis ABRAMOVICI, Gagny, CMG – François LACOIN, Albens, CMG

La prescription d’antibiotiques engendre une responsabilité collective du fait de l’antibiorésistance et individuelle du fait des conséquences sur le microbiote. Cette plénière fera le point sur l’antibiorésistance mais aussi sur les connaissances actuelles en terme de microbiote et ouvrira des pistes sur l’utilisation de ces données pour favoriser une décision partagée avec le patient

Le nom des intervenants vous sera communiqué lors d’une prochaine actualisation

LA VIE 5 ANS APRÈS UN DIAGNOSTIC DE CANCER : COMMENT MIEUX ACCOMPAGNER NOS PATIENTS ?

Co-organisée avec l’INCa
Format : Table ronde

Modérateur : Marie-Hélène CERTAIN, Les Mureaux, Secrétaire Générale du CMG – Fabienne COURDESSES, INCa

Plus de 3 millions de personnes en France vivent aujourd’hui avec un cancer, ou en ont guéri.

L’INCa a fait de l’après cancer un des axes stratégiques du 3ème plan cancer pour préserver la continuité, la santé et la qualité de vie des personnes ayant eu un cancer.

  • Quel est l’état des lieux de la santé des patients 5 ans après un diagnostic de cancer ?
  • Quelles sont les attentes des patients, des médecins généralistes, et des spécialistes en cancérologie ?
  • Quelle place pour les différents acteurs ? Comment, et avec quels outils ceux-ci peuvent-ils travailler ensemble dans le but de mieux répondre aux attentes et besoins du patient, que ce soit au niveau du cancer, et de sa santé globale ?
  • Comment  construire ensemble un plan personnalisé de l’après cancer, véritablement centré sur le patient intégré dans son contexte et son environnement ?

L’objectif de cette session, est de partager des expériences et contenus disciplinaires pour faire des propositions d’amélioration de l’accompagnement des patients après un diagnostic de cancer.

  • Émilie FERRAT, Saint-Maur-des-Fossés, CMG
  • William MIRAT, Torcy
  • Un représentant de la Ligue contre le cancer
  • Un médecin oncologue

TABAC CHEZ LES JEUNES

Co-organisée avec Santé publique France


Modérateurs : Jean-Louis BENSOUSSAN, Castelmaurou, CMG – Thierry ARNAUD, Mulhouse, CMG

Le tabac chez les jeunes devient-il « has been » ?

Aujourd’hui en France, la problématique de la consommation de tabac chez les jeunes reste néanmoins d’actualité. En milieu scolaire et chez les médecins généralistes, comment en parler ? Comment désamorcer cette addiction ? Retour sur des exemples d’interventions probantes. Rappel des règles de prescription des substituts nicotiniques.

  • Données de cadrage sur la consommation de tabac des jeunes : synthèse des données de l’Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies et Santé publique France

Un représentant de Santé publique France

  • Deux exemples d’interventions probantes pour prévenir le tabagisme des jeunes, expérimentées en France : ASSIST et Unplugged

Un représentant de Santé publique France

  • La pratique du médecin généraliste : l’exemple de l’intervention brève

Un représentant du CMG

CANCERS ET PERTURBATEURS ENDOCRINIENS, COMMENT GÉRER L'INFORMATION ?

Co-organisée avec l’INCa
Format : Table ronde

Modérateurs : Éric DRAHI, Saint-Jean-de-Braye, CMG – Frédéric de BELS, Responsable du Département Dépistage, INCa

Pesticides – dont chlordécone et glyphosate – bisphénols, parabènes, perturbateurs endocriniens en général ont les honneurs de la presse médicale et non médicale, non sans controverses. Quels sont les défis pour produire des données les concernant ? Comment ces données sont-elles gérées ? Quels sont les jeux d’acteurs au niveau sanitaire et politique? Comment les médecins généralistes peuvent eux-mêmes intégrer cette information pour et avec leurs patients ?

Cette table ronde proposera des éclairages pour ces problèmes sanitaires et sociétaux d’actualité emblématiques.

Le nom des intervenants vous sera communiqué lors d’une prochaine actualisation

UN ADOLESCENT PEUT EN CACHER UN AUTRE : MIEUX LE COMPRENDRE POUR BIEN L’ACCOMPAGNER

Co-organisée avec Santé publique France

Modérateurs : Raphaël LOZAT, Moissac, Responsable du Pôle Santé des Populations du CMG – Gladys IBANEZ, Villejuif, Co-responsable du Pôle sur les ISS du CMG

Le médecin généraliste voit des jeunes au quotidien, ponctuellement ou plus régulièrement; il connait  leur environnement, souvent leur famille. Quel que soit le motif et/ou la demande de l’adolescent, il est important de savoir repérer au cours du temps d’une consultation les comportements à risque et les problèmes pas toujours exprimés, pour guider l’adolescent et sa famille dans son parcours de santé

Cette session permettra de présenter les services d’aides adaptés à la société numérique dans laquelle l’adolescent évolue.

  • Comment aborder la consultation de l’adolescent et bien reconnaitre ses particularités ?

Marie MORELIÈRE, Meulan-en-Yvelines

  • Les interventions des services d’aide sur le web et par téléphone (Alcool, Drogues, Joueurs info service)

Un représentant de Santé publique France

  • Regards croisés dans une Maison Des Adolescents (MDA), quelle place pour le médecin généraliste ?

Un représentant d’une Maison Des Adolescents (MDA)

HUMANITAIRE ET DÉVELOPPEMENT, QUAND LE NUMÉRIQUE BOULEVERSE L’APPROCHE DE LA SANTÉ EN AFRIQUE

Format : Table ronde


Modérateur : Pierre COSTES, Chargé de mission Francophonie, Secrétaire Général de l’ONG DataSanté

Grand Témoin : Bernard KOUCHNER, ancien Ministre de la Santé, co-fondateur de Médecins sans frontières et de Médecins du monde

Alors que le bitume peine à recouvrir les pistes africaines, à coup de fibres optiques et de réseaux 4G, les autoroutes de l’information débarquent aussi en Afrique. DMP, télémédecine et Big Data révolutionnent la santé du XXIème siècle.

  • Révolution du Big Data

Didier ADEDEMY, Professeur en urgence pédiatrique, CHU de Parakou – Bénin

  • L’informatisation de la première ligne

Mansour SY, Directeur de l’ONG Santé sud au Mali et

coordinateur de la sous-région francophone Afrique de l’Ouest

  • La télémédecine opérationnelle

Dagmar NUBER, Business Development Manager Europe, Triceimaging – Norvège

  • Le repérage des initiatives en Afrique qui demain équiperont le continent

Béatrice GARRETTE, Directrice générale, Fondation Pierre Fabre

L'ACCUEIL AU CABINET DES PERSONNES LESBIENNES, GAYS, BI SEXUELLES ET TRANS (LGBTI)

Format : Table ronde

Modérateurs : Emmanuel ALLORY, Rennes, CMG – Sidonie CHHOR, Rennes

La session a pour but de  d’une part de sensibiliser à la dimension de l’accueil du public LGBTI en consultation, avec bienveillance et respect, d’autre part à faire prendre conscience aux participants de leurs représentations personnelles, et des préjugés sur le genre, l’identité de genre, le sexe et l’orientation sexuelle (hétéronormativité, binarité identitaire).

Bertrand RIFF, Maison dispersée de santé, Lille

Gérard PELÉ, membre du COREVIH Ile-de-France Centre, membre fondateur et administrateur de l’association « Les Petits Bonheurs », ancien président de l’association « Santé et plaisir gai »

Thibaut JEDRZEJEWSKI, Paris

MÉDECIN LIBÉRAL, PATIENT ET SITUATIONS SANITAIRES EXCEPTIONNELLES. AVANT, PENDANT ET APRÈS

Organisée par le Service de santé des armées

Les soignants libéraux, médecins généralistes, pharmaciens, médecins du travail sont aux avant-postes de la menace terroriste. Acteurs fondamentaux des bons messages de formation et d’information aux populations en amont, ils restent les premiers capteurs de la santé des populations et ne peuvent faire l’impasse de se former et s’informer.

Sébastien RAMADE, Praticien certifié, Centre d’enseignement et de simulation à la médecine opérationnelle, École du Val-de-Grâce, Paris

Hugues LEFORT, Praticien confirmé, chef de Service de la structure des urgences de l’Hôpital d’instruction des armées Legouest, Metz

DIFFICULTÉS SCOLAIRES, TROUBLES DES APPRENTISSAGES : TRAVAILLER EN ÉQUIPE

Modérateurs : Isabelle de BECO, Paris, CMG – Julie CHASTANG, Vitry-sur-Seine, CMG

Préciser le rôle des médecins généralistes dans le repérage et le suivi des troubles spécifiques du langage et des apprentissages de l’enfant. Mesurer leurs conséquences et développer la collaboration avec les autres professionnels et avec le médecin de l’éducation nationale. Souligner l’importance des inégalités sociales et territoriales dans ce domaine.

  • Trouble des apprentissages de l’enfant et inégalités sociales : double peine pour la vie sociale et professionnelle

Barbara CHAVANNES, Limeil Brevannes, CMG

  • Les interventions des orthophonistes pour caractériser les troubles de l’enfant et accompagner leur parcours : un travail en équipe

Lauriane BOUGON, Orthophoniste

  • Le médecin de l’éducation nationale : chainon indispensable entre l’enfant, sa famille, le médecin traitant et l’environnement scolaire

Danièle DESPIN, Médecin de l’éducation nationale

CHIRURGIE BARIATRIQUE : PARCOURS, PERTINENCE ET SUIVI

Co-organisée avec la CNAM

Modérateur : Éric DRAHI, Saint-Jean-de-Braye, CMG

Le nombre d’interventions par chirurgie bariatrique a été multiplié par 3 entre 2006 et 2014. 50 000 nouveaux patients sont opérés chaque année, et on estime désormais à 500 000 le nombre de personnes qui ont bénéficié d’une opération de chirurgie bariatrique dans le passé. Ces chiffres qui sont en hausse, pour un traitement qui n’est pas anodin et nécessite un suivi à vie, posent des questions essentielles :

  • Quelles sont les « bonnes indications » ?
  • Quelles sont les « bonnes interventions » ?
  • Quel est le « bon suivi ? Par qui et comment ?
  • Quel est le rôle du médecin traitant dans le suivi des patients obèses, dans la décision chirurgicale, dans le suivi post-opératoire ?
  • Quel est le « bon parcours » pour ces patients ?
  • Quelle est la place du patient dans ce parcours ?
  • Le rôle du médecin généraliste dans le parcours de soin : le point de vue du chirurgien

Philippe MARRE, Chirurgien et Secrétaire Général de l’Académie Nationale de Chirurgie

 

ERRANCES DIAGNOSTIQUES : COMMENT EN SORTIR ?

Modérateurs : Céline BUFFEL du VAURE, Paris, CMG –  Bernard GAY, Bordeaux, CMG

Les plaintes inexpliquées conduisent souvent à des impasses médicales qui génèrent une escalade diagnostique et thérapeutique délétère. À partir de la présentation de situations d’errances diagnostiques dans une démarche interdisciplinaire, la discussion a pour objectif d’envisager des réponses plus adaptées pour le patient et plus confortables pour le médecin. Une approche globale du symptôme permet de respecter les représentations et les choix du patient et de proposer une décision partagée.

  • Les syndromes médicalement inexpliqués

Olivier NARDON, Paris

Brigitte RANQUE, Spécialiste en Médecine interne, Hôpital européen Georges-Pompidou

  • Approche socio-anthropologique de l’errance diagnostique : la borreliose de Lyme comme analyseur

Christian MICHEL, Docteur en Sciences Sociales mention Sociologie, Strasbourg, CMG

  • Approche psychique des troubles somatoformes

Albert OUAZANA, Paris

LA TÉLÉMÉDECINE : ACTUALITÉ ET MISE EN PRATIQUE

Modérateur : Serge GILBERG, Paris, CMG

Le nom des intervenants vous sera communiqué lors d’une prochaine actualisation

SESSION D’ACTUALITÉ

Le nom des intervenants vous sera communiqué lors d’une prochaine actualisation

COMMENT PROTÉGER LES ENFANTS VICTIMES DE VIOLENCES CONJUGALES ? ET LEUR MAMAN BIEN SÛR !

Modérateur : Alan CHARISSOU, Médecin de PMI référent départemental en protection de l’enfance, Conseil départemental de la Moselle

Chaque année, 150 000 enfants sont victimes d’une exposition à des violences conjugales. Lors de cette session, les participants apprendront à se construire un réseau pour prendre en charge ces situations, à prévenir et dépister cette forme de maltraitance infantile, à collaborer avec les services de protection de l’enfance et à faire de leur cabinet un lieu favorisant la déclaration des violences par les victimes.

Gilles LAZIMI, Romainville

RÉFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE : QUELLE LIBERTÉ DE CHOIX POUR LES MÉDECINS LIBÉRAUX ?

Session organisée par le FAF-PM

Objectif pédagogique :

Apporter des réponses concrètes sur l’accès à une formation de qualité des médecins libéraux, sous l’angle de la réforme en cours. Focus sur la nouvelle gouvernance, les acteurs et les dispositifs d’accès à la formation : quels aspects sont à prendre en considération pour que ces changements soit efficaces et répondent aux besoins spécifiques de formation des médecins libéraux ?


Claude BRONNER, Strasbourg
Stéphane RÉMY, Adjoint au sous-directeur Politiques de formation et du contrôle, Délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle (DGEFP)

CERTIFICATION, ÉVALUATION DES COMPÉTENCES TOUT AU LONG DE LA VIE

Modérateur : Marie-Hélène CERTAIN, Les Mureaux, Secrétaire Générale du CMG

Au moment où les exigences de la société se font de plus en plus pressantes, où l’évaluation des pratiques professionnelles est obligatoire, il parait maintenant souhaitable de s’engager résolument dans l’évaluation des compétences tout au long de la vie. Le rapport sur la certification remis par le Pr. Serge UZAN à la Ministre de la Santé trace les contours et les modalités d’une recertification. Comprendre ce qu’est une compétence pour construire son portfolio, s’autoévaluer, échanger avec l’auteur du rapport sont les objectifs de cette session.

  • Une compétence, un savoir agir en lien avec un référentiel métier

Marie-Hélène CERTAIN, Les Mureaux, CMG

  • La certification mode d’emploi

Serge UZAN, Conseiller spécial auprès du Président de Sorbonne Université, Conseiller départemental et national du Conseil National de l’Ordre des Médecins, Président du Comité de Pilotage de la Recertification des médecins

DÉMENCES ET ALTERNATIVES THÉRAPEUTIQUES. ASPECTS ÉTHIQUES

Modérateur : Laurent LETRILLIART, Villeurbanne, CMG

Après réévaluation des anticholinestérasiques au terme de 5 ans d’utilisation, la HAS a préconisé le non remboursement de ces traitements. La décision ministérielle est intervenue confirmant le non remboursement par l’Assurance maladie. Le Collège de la Médecine Générale participe activement au groupe de travail missionné pour redéfinir le parcours de soins des patients et des aidants. Les travaux du Plan Maladies Neurodégénératives (PMND) et la récente recommandation HAS seront présentés et suivi d’échanges avec les participants.

 

  • Guide au parcours de soins des patients présentant un trouble neurocognitif associé à la maladie d’Alzheimer ou à une maladie apparentée

Marie-Hélène RODDE-DUNET, Chef du service Évaluation de la pertinence des soins et

Amélioration des pratiques et des parcours, HAS

  • Les évolutions du Plan Maladies neurodégénératives, bilan à 1 an

Michel CLANET, Président du Plan Maladies Neurodégénératives

 Témoignage de patients atteints de la maladie ; le rôle des aidants et des associations

Judith MOLLARD-PALACIOS, Psychologue, France Alzheimer

DES RECOMMANDATIONS À LA PRATIQUE QUOTIDIENNE : CE QUE L’INFORMATIQUE PEUT APPORTER À LA MÉDECINE GÉNÉRALE

Modérateur : Pascal Charbonnel, Vice-Président du CMG

Nous avons  besoin de recommandations pertinentes pour les soins primaires, de haut niveau de preuve, et présentées de manière utilisable en consultation. Pour une utilisation maitrisée, chaque étape, des résultats de la recherche clinique à l’aide à la décision doit être comprise par les médecins généralistes.

  • Des outils pour évaluer et réduire le risque cardio-vasculaire

Éric DRAHI, Saint-Jean-de-Braye, CMG

Hector FALCOFF, Paris, CMG

  • Intégrer les recommandations françaises (HAS, INCa…) dans la plateforme EBM France

Simon FREMAUX, Cergy, CMG

Claire RAMBAUD, Paris, CMG

  • Interfacer son logiciel métier avec des bases de connaissances structurées

Ilkka KUNNAMO, Éditeur en Chef EBM Guidelines & EBMeDS, Duodecim Medical Publications, Professeur adjoint de Médecine générale à l’Université d’Helsinki – Finlande

COMMENT FAIRE UN « BON » POSTER ?

Le nom des intervenants vous sera communiqué lors d’une prochaine actualisation

RECHERCHE EN SOINS PRIMAIRES : ET POURQUOI PAS VOUS ?

La recherche se développe en médecine générale, et n’a jamais eu autant besoin des médecins généralistes de terrain pour construire des fondations solides et permettre aux projets nationaux et internationaux de voir le jour.

Cette session présentera notamment les résultats d’un essai clinique national porté et mené par et pour les médecins généralistes : BECOMEG, une étude sur l’efficacité d’une corticothérapie orale pour la prise en charge des exacerbations aiguës de BPCO en médecine générale.

Les  échanges permettront de débattre des enjeux de la recherche en soins primaires en France !  et de participer à la construction de la recherche en soins primaires en France pour demain !

Le nom des intervenants vous sera communiqué lors d’une prochaine actualisation

COMMENT FAVORISER L'ADHÉSION DES PATIENTS À LA PRESCRIPTION D'ACTIVITÉ PHYSIQUE ADAPTÉE PAR LA COOPÉRATION ENTRE UN MÉDECIN GÉNÉRALISTE ET UNE INFIRMIERE ASALÉE ?

MG France

Objectif pédagogique :

Identifier les bénéfices de la coopération entre une infirmière Asalée et un médecin généraliste pour favoriser l’adhésion du patient à la pratique d’activité physique adaptée.


Margot BAYART, Réalmont

Sandra LAURIER, Éducatrice en activité physique adaptée, Réalmont

Emmanuelle MAILHÉ, Infirmière Asalée, Réalmont

 

L’EXAMEN CLINIQUE DE L’ÉPAULE ATRAUMATIQUE EN MÉDECINE GÉNÉRALE

FMC Action

Objectifs pédagogiques :

  • Identifier les éléments pertinents de l’examen clinque de l’épaule
  • Orienter la prise en charge en fonction de cet examen

Yves ABITTEBOUL, Cahors

Fabien BESANCON, Égly

Gérard LEROUX, Épinay-sous-Sénart

UTILISER UN AUTOQUESTIONNAIRE EN CONSULTATION DE MÉDECINE GÉNÉRALE, POUR CONSTRUIRE AVEC UN NOUVEAU PATIENT SON PROJET DE SANTÉ

SFDRMG

Objectifs pédagogiques :

  • Réaliser un plan personnalisé de santé à partir des données recueillies par l’auto-questionnaire
  • L’utiliser dans le cadre de coordination des soins

Éric DRAHI, Saint-Jean-de-Braye
Yves LE NOC, Nantes

GÉRER SON TEMPS DE TRAVAIL, LE NERF DE LA GUERRE !

ReAGJIR

Objectif pédagogique :

Apprendre à optimiser son temps de travail afin de trouver le point d’équilibre entre productivité et qualité des soins, ainsi qu’entre vie personnelle et vie professionnelle.

Vanessa FORTANÉ, Bury

EXPÉRIMENTER LA FORMATION À LA RELATION THÉRAPEUTIQUE EN GROUPES DE DISCUSSION DE CAS

SM BALINT

Objectif pédagogique :

L’objectif de l’atelier est d’expérimenter ou observer la dynamique de ce travail en groupe, et percevoir son intérêt pour comprendre des situations vécues comme difficiles dans la relation au patient et limiter son épuisement professionnel.

Isabelle MARTINOT-NOUET, Mûrs-Erigné

Philippe GUILLOU, Strasbourg

LA DERMATOSCOPIE EN PRATIQUE DE MÉDECINE GÉNÉRALE

ADESA

Objectifs pédagogiques :

  • Décrire le principe de la dermatoscopie
  • Énumérer les situations dans lesquelles le dermatoscope peut être utilisé

Le nom des intervenants vous sera communiqué lors d’une prochaine actualisation

LES GÉNÉRALISTES ET LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES, ACTEURS DE L'INNOVATION EN SANTÉ

USMCS

Modérateur : Frédéric VILLEBRUN, Champigny-sur-Marne, Secrétaire Général USMCS

Objectifs pédagogiques :

Des équipes de soins primaires (ESP) s’apprêtent à participer à des expérimentations nationales pour l’innovation en santé, les fameuses expérimentations “article 51”. Ces expérimentations proposent notamment des financements inédits : capitation, paiements forfaitaires en équipe, épisodes de soins, les projets se précisent.

Quels sont les objectifs poursuivis par ces expérimentations ? Quels sont les enjeux pour les équipes et pour les patients ? En quoi les expériences étrangères ont-elles pu inspirer les projets ? Comment les expériences françaises seront-elles évaluées ? Ira-t-on vers une généralisation de celles qui auront fait leurs preuves ?

Alain BEAUPIN, Président, Institut Jean-François Rey

Luc DUQUESNEL, Président, Les Généralistes – CSMF

Natacha LEMAIRE, Rapporteur général, Conseil stratégique de l’innovation en santé

Yannick LE GUEN, Directeur de la stratégie, Agence Régionale de Santé Ile-de-France

POSE D’UN DIU, LE SAVOIR-ÊTRE AU PREMIER PLAN, PRIMUM MOVENS…

SFTG

Objectif pédagogique :

  • Rendre la pose d’un DIU aisée et non douloureuse par un savoir être adapté.

Marie DUCHEMIN, La Flèche

Élise HOUDEBINE, Angers

Patrick OUVRARD, Angers

RECUEIL DE DONNÉES QUALITATIVES : ET SI ON OBSERVAIT ?

FAYR-GP

Objectifs pédagogiques :

  • Sensibiliser les participants aux bases théoriques du recueil de données par observation
  • Inspirer les chercheurs présents à l’essayer à l’issu de l’entretien et à l’utiliser plus largement dans leurs recherches.

Jean-Sébastien CADWALLADER, Paris

Noémie DEPARIS, Salon de Provence

Julie GILLES DE LA LONDE, Paris

Maeva JEGO-SABLIER, Marseille

Hypnose – 2 sessions

Atelier n°1

L’hypnose médicale est souvent présentée sur le versant de l’anesthésie ou de l’analgésie. Dans notre pratique de médecine générale, nous pouvons aussi utiliser l’hypnose pour accompagner autrement nos patients et leur permettre de réparer au-delà de ce que leur conscience a pu identifier, loin de leur plainte initiale et de ce que le médecin peut appréhender. A partir de cas cliniques concrets et de démonstrations, vous pourrez découvrir l’hypnose et son champ d’application pratique en médecine générale.

Organisateur : Eric MÉNER, Ploërmel
Animateurs : Fabien BESANCON, Égly – Anne-Claude MÉNER, psychomotricienne, Guer

SALLE MAILLOT : Jeudi 4 avril 2019 : 09h30 – 11h00

Atelier n°2
Objectifs pédagogiques :

 

  • Expliquer les principales caractéristiques neurophysiologiques de l’hypnose médicale
  • Lister les conditions opératoires d’une relation hypnotique thérapeutique
  • Repérer les indices minimaux d’un fonctionnement hypnotique
  • Expérimenter l’hypnose lors d’une séance de groupe
  • Découvrir les apports personnels et professionnels d’une formation à l’hypnose médicale

 

Organisateur : Bertrand STUDER, Grandfontaine
Animateurs : François RAINERI, Massy – Pascale ARNOULD, Provins

SALLE 250 – Zone d’exposition : Jeudi 4 avril 2019 : 16h30 – 18h00

Spirométrie – 4 sessions

Objectif pédagogique :
Cet atelier vous permettra une première approche de l’utilisation d’un spiromètre au cabinet (qui et comment faire souffler, interprétation des courbes, matériel, cotation).

Organisatrice : Tiphanie BOUCHEZ, Le Rouret
Animateurs : Tiphanie BOUCHEZ, Le Rouret – Laure FIQUET, Breteil – Thomas GILLE, Pneumologue, Bobigny
Alexandre MALMARTEL, Morsang-sur-Orge – Matthieu SCHUERS, Neufchâtel en Bray – Jean-Laurent THEBAULT, Paris

Jeudi 4 avril 2019 : 14h30 – 16h00 et 16h30 – 18h00
Vendredi 5 avril 2019 : 09h00 – 10h30 et 11h00 – 12h30

Gestes techniques contraception – 4 sessions

Objectif pédagogique :
Au terme de l’atelier gestes techniques en gynécologie, les participants maîtriseront les gestes à visée diagnostique (le frottis cervico-utérin, les prélèvements), ainsi que les gestes à visée contraceptive (le DIU, l’Implant).

Organisateurs : Michel BISMUTH, Labarthe-sur-Lèze – Isabelle FRAY, Roques
Animateurs : Nicole BORNSZTEIN, Évry – Christine CERNA, Muret – Marie-Françoise CHATELET, Balma – Marie-Gabrielle DAIDIE-MOUROT,
Lagardelle-sur-Lèze – Caroline LANDON, Pins Justaret – Leila LATROUS, Saint-Jory – Dominique PALLARES, Évry

Jeudi 4 avril 2019 : 14h30 – 16h00 et 16h30 – 18h00
Vendredi 5 avril 2019 : 09h00 – 10h30 et 11h00 – 12h30

Atelier urgence cardio-respiratoire

STAND LE GÉNÉRALISTE

Échographie – 4 sessions

Objectif pédagogique :
Un atelier où vous aurez rapidement la sonde en mains pour réaliser deux gestes utiles.
Vous aurez une rapide explication de la construction des images, de la tenue de la sonde, et vous passerez à la pratique !

Vendredi 5 avril 2019 : 09h00 – 10h30, 11h00 – 12h30, 14h30 – 16h00 et 16h30 – 18h00

Traumatologie – 2 sessions

Vendredi 5 avril 2019 : 14h30 – 16h00 et 16h30 – 18h00

Organisateur : Patrick JOUBERT, Flaine Les Carroz

Image Échoscopiques d'urgence – 2 sessions

Organisatrice : Mirna SALLOUM, Paris

Samedi 6 avril 2019 : 09h00 – 10h30, 11h00 – 12h30

LA DÉCISION PARTAGÉE

Session Suisse 

Johanna SOMMER, Vésenaz – Suisse

LE DES EN 4 ANS, COQUETTERIE OU NÉCÉSSITÉ ?

Table ronde organisée par Le Généraliste

Depuis plusieurs années, les généralistes enseignants et le CMG  réclament l’allongement de 3 à 4 ans du DES de médecine générale pour parfaire le cursus des futurs médecins de famille.

Le sujet divise les internes, certains redoutant une année « d’exploitation » supplémentaire à l’hôpital. Leurs représentants semblent aujourd’hui prêts à envisager un 3e cycle en 4 ans à condition notamment que cette dernière année les mette davantage en autonomie en cabinet libéral. Cette prolongation est-elle indispensable ou est-elle une lubie des responsables académiques qui souhaitent assoir la caution universitaire de leur spécialité ?

Session

Organisée par Nutrimedia

Le nom des intervenants vous sera communiqué lors d’une prochaine actualisation

LES GESTES QUI SAUVENT

Organisé par le Service de santé des armées

Du secourisme au combat aux gestes réflexes qu’il faut avoir face à une ou plusieurs victimes de lésions potentiellement vitales, la méthode d’évaluation et de prise en charge à l’avant du service de santé des armées permet au soignant libéral, au médecin généraliste de limiter les risques de décès évitables. A l’issue de cet atelier, il sera en mesure de s’ajuster à de telles situations avec peu de moyens, avec efficience et en initiant un parcours de soin cohérent.


Pierre GUÉNOT, Praticien confirmé, médecin adjoint antenne médicale de la base aérienne, Cazaux
Sébastien RAMADE, Praticien certifié, Centre d’enseignement et de simulation à la médecine opérationnelle, École du Val-de-Grâce, Paris
David VARVENNE, Praticien, médecin adjoint Bataillon des marins-pompiers, Marseille
Un infirmier CESimMO EVDG

Un infirmier BSPP

LE MÉDECIN GÉNÉRALISTE MILITAIRE EN OPÉRATION EXTÉRIEURE

Organisée par le Service de santé des armées

Modérateurs : Pierre GUÉNOT, Praticien confirmé, médecin adjoint antenne médicale de la base aérienne, Cazaux – Sébastien RAMADE, Praticien certifié, Centre d’enseignement et de simulation à la médecine opérationnelle, École du Val-de-Grâce, Paris

L’une des missions principales du Service de santé des armées est le soutien des forces militaires. Au travers de trois retours d’expérience de médecin généraliste, l’auditeur pourra percevoir la pluralité des missions et des savoir-faire exigés. Occasion de discuter, de s’intéresser et pourquoi pas de permettre aux praticiens civils de nous rejoindre dans de telles aventures humaines, techniques et de soins au sein de la réserve opérationnelle du Service de santé des armées.

  • Retour d’expérience n°1 : Aide médicale à la population

David VARVENNE, Praticien, médecin adjoint Bataillon des marins-pompiers, Marseille

  • Retour d’expérience n°2 : Le médecin généraliste embarqué

Julien PONTIS, Praticien confirmé, médecin de l’escadrille des Sous-marins nucléaires d’attaque, Toulon

  • Retour d’expérience n°3 : Soutien médical à l’avant : le médecin des Forces Spéciales

Gabriel MORAND, Praticien, médecin adjoint de l’antenne médicale spécialisée, Bayonne

SESSION DU SERVICE DE SANTÉ DES ARMÉES ET DE LA SOCIÉTÉ FRANÇAISE DE MÉDECINE DES ARMÉES

Organisée par le Service de santé des armées

Modérateurs : Luc AIGLE, Professeur agrégé, 10ème Centre médical des armées, Marseille – Laurent PAPILLAUT DES CHARBONNERIES, Praticien certifié, 10ème Centre médical des armées, Marseille

Le Service de santé des armées est l’invité du CMGF. L’exercice de la médecine générale militaire est plurielle, souvent pensée uniquement comme étant « opérationnelle ». Elle implique cependant de sélectionner initialement les militaires, de maintenir leur potentiel santé, de les préparer à leurs missions, de les soigner au quotidien et de limiter la morbi-mortalité du quotidien ou plus spécifiquement liée aux métiers des armes et de leur logistique. L’amélioration de service rendu est constante, envers le patient et le commandement. Cette dualité spécifique à la pratique de la médecine générale au sein des armées est rapportée au travers de trois communications scientifiques, valorisant le parcours de formation spécifique de nos praticiens.

  • Étude n°1 : Impact de l’infection par le virus Zika sur l’état clinique et la qualité de vie des patients à moyen terme. Étude descriptive sur un an au sein de la communauté de défense de Guyane

Hubert D’AUBIGNY, Praticien, médecin adjoint de l’antenne médicale, La Valbonne

  • Étude n°2 : Surpoids et obésité – État des lieux dans les armées en région Sud-Est

Delphine QUERTIER, Praticien, médecin adjoint du régiment du service militaire adapté, La Réunion

  • Étude n°3 : Thèses des internes militaires de Médecine Générale depuis 2004 : quelles évolutions ?

Rémi MISCHLER, Praticien, médecin adjoint de l’antenne médicale, Castelaudary

1 diapo, 5 minutes

Vous êtes en cours de thèse ou vous travaillez sur un projet de recherche, et :

  • Vous avez besoin d’aide pour choisir ou appliquer votre méthode,
  • Vous êtes bloqués dans l’analyse et l’interprétation de vos résultats.

 Cette session est faite pour vous !

  • Vous aurez 1 diapositive (1 seule) et 5 minutes pour exposer votre travail, votre problématique et poser votre question !
  • 10 minutes de débat permettront ensuite à l’assistance de répondre à vos questions : assistance constituée de vos pairs, mais également de quelques experts méthodologiques qui vous feront profiter de leur expertise.

3 min chrono

Cette session est de retour suite à son succès en 2017. Elle permet aux thésards et doctorants de présenter leur sujet de recherche, en français et en termes simples, à un auditoire de congressistes diversifié. Chaque étudiant ou étudiante doit faire, en trois minutes, un exposé clair, concis et néanmoins convaincant sur son projet de recherche. Le tout avec l’appui d’une seule diapositive !

CONTINUING MEDICAL EDUCATION (CME) AND CONTINUING PROFESSIONAL DEVELOPMENT (CPD), IS THERE A CHALLENGE FOR EUROPEAN GPS?

Anne DEPAIGNE-LOTH, Responsible of Eve and studies of the French National Agency for CPD

Henry FINNEGAN, Chair of the working group CME/CPD of UEMO

Patrick OUVRARD, Vice president of UEMO, Vice president of SFTG, CMG

QUALITY INDICATORS AND THE RELEVANCE OF INDICATORS IN GENERAL PRACTICE; HOW TO CONCEIVE AND EXECUTE?

May quality indicators refl ect the quality of a general practitioner/family physician? Nowadays europeans health systems are aware of the necessity to evaluate quality, and promote payment for performance and quality care of GPs. This session will present work and challenges we are facing with quality indicators: what for? How? By whom? For whom?

Eva ARVIDSON, Research leader, R&D unit for Primary Care, Futurum and member of EquiP – Sweden,
Linda BANAEI, Project manager for healthcare quality, patient experience and outcomes improvement, HAS (The French national Authority for health)
Laetitia MAY-MICHELANGELI, Head of healthcare quality, patient experience and outcomes improvement service, HAS
Olivier SAINT-LARY, Le Port-Marly, President of the CNGE scientifi c council of the University Versailles Saint-Quentin

VACCINATION: HOW TO DEAL WITH PEOPLE'S HESITANCY TO USE SAFE AND EFFECTIVE VACCINES TO PREVENT SERIOUS, SOMETIMES LIFE-CHANGING OR FATAL DISEASES?

European countries are facing with an increasing vaccination reluctance within the population,despite the evidences. The aim of the workshop is to think about how to increase vaccination
average. We will list:
• barriers and facilitators
• actions to be done to increase vaccine’s coverage and adhesion
At the end of the workshop, we expect that attendees will have a clearer view to deal with reluctant patients.

Gindrovel DUMITRA, Vicepresident of National Society of Family Medicine in Romania, Member of IAB Euripa, General Secretary of UEMO
Sylvie QUELET, Director of prevention and health promotion, Santé publique France, Former medical chief of the vaccination of Parisian centres, Director of infectious diseases at a French public health agency

E-HEALTH: TELEMEDICINE, TELE-EXPERTISE, TELE-MONITORING, CONNECTED DEVICES. HOW DOES THIS IMPACT THE DOCTOR-PATIENT RELATIONSHIP?

La pré-conférence FAYR-GP

FAYR-GP (French Association of Young Researchers in General Practice) est une association regroupant des internes en médecine générale et des médecins généralistes thésés depuis moins de 5 ans motivés pour faire avancer la recherche en soins primaires.
Tous les ans, l’association organise la Pré-conférence FAYR-GP la veille du CMGF à Paris. Elle comprend une Masterclass par un expert international, des communications orales et des posters de jeunes chercheurs.
La 13ème Pré-conférence aura lieu le mercredi 3 avril 2019. Le Docteur Carine Franc, économiste spécialisée dans le champ de l’économie de la santé, chercheur Inserm au Centre d’Épidémiologie et de Santé des Populations dans l’équipe Économie de la santé et chercheur associé à L’Irdes et au LEDa-Legos (PSL Université Paris), nous fera l’honneur de venir animer une Masterclass autour du domaine de l’Économie de la Santé.
Pour participer à la Pré-conférence FAYR-GP, il vous suffi t d’adhérer à l’association et de vous inscrire (inscription gratuite pour les adhérents)

Le programme est régulièrement mis à jour, consultez cette page pour suivre son évolution.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour être informé des nouveautés du congrès.
#CMGF2019 et @congresmg